Bio fabricant, Bio exigeant depuis 1979

Mais quelle est la différence entre tous les régimes alimentaires dont on entend parler ? Végétarien, vegan, végétalien, flexitarien, en quoi cela consiste-t-il exactement ? Que pouvons-nous manger en étant végétarien ? Et bien Celnat vous explique tout !

 

Le végétarisme, c’est quoi ?


Le régime végétarien séduit de plus en plus de personnes et on compte 4% des français végétariens.
D’où vient le végétarisme ? Le végétarisme avait déjà des adeptes dans l’Antiquité où des penseurs et philosophes comme Pythagore défendaientt déjà la cause animale en argumentant qu’ils avaient une conscience. Puis, des siècles plus tard, avec l’apogée de la pensée des Lumières au XVIIIème siècle, la France a pris en considération la souffrance animale également.

Pourquoi devenir végétarien ?
De nombreuses raisons peuvent donner envie à certaines personnes d’adopter le régime végétarien, on retrouve notamment :

  • La prévention et la lutte contre certaines maladies (cardiaques, diabète, obésité, hypertension, ostéoporose, infections, cancer…)
  • L’envie de protéger l’environnement
  • La volonté de défendre le bien-être animal
  • Certaines confessions religieuses

Peu importe le motif qui motive à adopter le régime végétarien, il est le même dans tous les cas, c’est-à-dire qu’il consiste à bannir toutes les chairs animales de son alimentation, et ce, au profit de protéines végétales.
Une personne végétarienne ne mange donc pas de viande ni de poisson, mais elle peut consommer des œufs ou encore des produits laitiers.
Ce mode d’alimentation suscite énormément de débats, et d’incompréhension surtout concernant la question santé que nous allons aborder un peu plus bas.

On distingue plusieurs familles de végétariens :

  • Les pesco-végétariens : suppression de la viande de l’alimentation mais consommation de poisson, d’oeufs et de produits laitiers.
  • Les ovo-lacto-végétariens : suppression de viandes et de poissons mais consommation d’œufs et produits laitiers.
  • Les ovo-végétariens : suppression de viandes, poissons et produits laitiers. Seuls les œufs sont consommés.
  • Les lacto-végétariens : suppression de viandes, poissons et œufs mais consommation de produits laitiers.

 

La différence entre le végétarisme, le végétalisme, le véganisme et le flexitarisme

En plus du régime végétarien, d’autres régimes alimentaires lui ressemblent.
Comme nous l’avons vu plus haut, un végétarien ne consomme aucun sous-produit issu de l’abattage des animaux (bœuf, volaille, poisson, gélatine, caviar, présure…) mais peut manger parfois des produits laitiers, du miel et des œufs.
La différence est que ce sont des produits issus des animaux mais pas de produits qui nécessitent la mort d’un animal.

Le végétalisme ne comporte que des aliments d’origine végétale (fruits, légumes, fruits secs, légumineuses et des céréales). Ils excluent les mêmes produits que les végétariens mais, en plus, les produits laitiers, les œufs et le miel : un végétalien ne consomme aucun produit issu de l’exploitation animale.
A noter : bien surveiller son apport en vitamine B12 car il peut être altéré quand on mange végétarien. L’utilisation de compléments comme le Green Magma sont recommandés pour donner un petit coup de boost.

Le veganisme : il étend son idée au-delà d’un régime alimentaire. Comme pour le végétalien, il supprime les mêmes produits de son régime alimentaire, et en plus, il est engagé dans la protection animale, et ce, même dans d’autres secteurs que l’alimentation !
– Textile :  ne porte pas de cuir, de laine, de soie
– Cosmétique : supprime les produits contenant des dérivés animaux
– Produits ménagers : supprime ceux testés sur les animaux.

Le flexitarisme : est le fait de réduire sa consommation de viande au profit d’autres produits, surtout d’origine végétale.
Dans ce régime, on met donc en avant : les lentilles, les haricots, les pois, les noix, ou les champignons.
Depuis quelques années, on observe une explosion des personnes se disant être flexitariennes, cela est dû à l’essor de la conscience environnementale développé avec le changement climatique, les effets néfastes des industries, tout en défendant la cause animale.
Par exemple, si on compare la viande et les champignons, on se rend compte que 2 fois plus de terres agricoles sont utilisées pour élever du bétail que pour faire pousser des champignons.
En France aujourd’hui près de 32% de la population serait flexitarienne, c’est 8 fois plus que les végétariens !
Le flexitarisme est le bon compromis pour les personnes ne voulant pas s’engager dans un régime trop strict.

Les idées reçues sur le végétarisme

Si vous êtes végétarien, vous le savez et le vivez tous les jours : impossible de ne pas avoir affaire à des remarques concernant votre régime alimentaire !

« Tu vas souffrir de carences ! »

En effet, les gens ont en général de nombreuses idées reçues sur le végétarisme.
Un des arguments qu’on entend le plus souvent est que les végétariens auraient de nombreuses carences, notamment en protéines, car on les retrouve surtout dans la viande et le poisson.
Ce que les gens oublient est que les végétariens peuvent consommer des œufs et des produits laitiers comme des yaourts ou du fromage, qui sont de bonnes sources de protéines.
De plus, il existe de nombreuses sources de protéines végétales : soja, haricots rouges, pois chiches, lentilles, amandes, noix, noisettes, riz complet, quinoa
D’autres aliments sont également riches en protéines : lait, œufs, légumineuses, le tofu, les graines,  la levure alimentaire et les produits céréaliers.

Par exemple, Celnat a conçu un mix de graines riches en protéines, ainsi vous pouvez agrémentez tous vos petits plats de ce mélange en évitant les carences.
Les protéines du règne végétal ne sont pas complètes en soi, mais elles le deviennent en faisant certaines combinaisons alimentaires comme nos mélanges veggies. Il n’est pas nécessaire de compléter ses protéines, à chaque repas. On peut consommer des céréales au petit-déjeuner et des légumineuses au repas du soir pour que l’organisme reconstitue des protéines complètes. Découvrez la gamme « Repas végétariens »  de Celnat, pour des préparations sucrées ou salées qui respectent votre régime alimentaire !

Info nutrition

Les protéines font partie des 3 nutriments essentiels dont l’organisme. Elles sont de bons anticorps, permettent le transport de l’oxygène, et aident à la digestion. 
Les protéines n’ont pas la capacité d’être stockées dans l’organisme à la différence des glucides et des lipides.
Notre corps n’a donc pas de « réserves » de protéines, et il est donc important d’en consommer chaque jour.  En général, il est possible de souffrir de troubles musculaires, de fragilisation des os, perte de cheveux, fatigue…si nous n’avons pas un bon apport en protéines au quotidien.

Un autre argument que l’on peut entendre contre l’alimentation végétarienne concerne les carences en fer. En effet, on retrouve surtout le fer dans la viande.
Or, il existe 2 types de fer :
– le fer héminique : apporté par les produits d’origine animale, comme la viande rouge. Il peut devenir nocif pour l’organisme en quantité élevée : cela peut conduire au développement de micro-organismes qui peuvent agir dans l’apparition de cancers.
– le fer non héminique : on en retrouve dans les autres aliments :
les légumineuses,
le tofu,
le quinoa,
les raisins secs,
les graines de sésame/tournesol

 

« L’homme a toujours mangé de la viande, c’est un omnivore ! »

Quand on a gouté à la viande, il est difficile pour la plupart des gens de renoncer à cela. Et oui, la viande fait partie de notre culture culinaire en France et la plupart des français sont habitués à en consommer depuis leur enfance. La difficulté réside dans le fait de se détacher de ces habitudes réconfortantes et très familiales comme les blanquettes de veau de Maman ou le steak-frites de son enfance !

Pour certains, l’Homme est omnivore, c’est donc changer sa nature de ne plus manger de viande.
Oui, l’homme PEUT tout manger, mais cela ne signifie pas qu’il DOIT manger de tout. Même si nos ancêtres pratiquaient la chasse, ils étaient presque végétariens. Au départ, l’homme ne mangeait que des végétaux et puis quand il a découvert les outils et qu’il a pu chasser, la consommation de viande était nécessaire car participait à sa survie, aujourd’hui notre survie ne dépend plus de notre consommation de viande !

« Les végétariens ne mangent que de la salade ou ne prennent pas plaisir à manger »

Pour de nombreuses personnes,  les végétariens ne prennent pas plaisir à manger. C’est faux, les recettes végétariennes peuvent être très gourmandes et Celnat en sait quelque chose ! Nous vous proposons des recettes végétariennes et succulentes sur notre site !

Entrées et apéritifs :

 Plats et accompagnements :

Desserts et goûters :

Et non, un végétarien ne mange pas que de la salade et en plus, il est possible de revisiter tous les plats classiques à la sauce végétarienne !

Être végétarien peut être un bénéfice et satisfaire encore plus vos papilles car cela va vous pousser à découvrir d’autres plats et d’autres goûts qui étaient inconnus jusqu’à présent ! Il est possible de manger sans viande et sans produit d’origine animale tout en se régalant de plats venus de tous horizons, aux diverses saveurs.

 

De nombreux bienfaits pour l’environnement

Basée sur une divers aliments à valeur nutritionnelle élevée (légumes secs, céréales complètes…), l’alimentation végétarienne peut même être meilleure pour la santé que le régime occidental avec viande.
 Quand on est végétarien, notre corps ingère moins de graisses saturées, mais plus de fibres, vitamines, minéraux…

Les végétariens souffrent moins de maladies cardio-vasculaires, ils ont moins de risques de cancer du côlon et de cancer du sein.
A noter qu’en 2015, l’OMS a classé la viande transformée (jambon, steacks hachés, surimi…) comme “cancérigène” et la viande rouge comme “probablement cancérigène”.

La FAO (Food and Agriculture Organization) estime que nous mangeons beaucoup trop de protéines animales avec une explosion de la consommation mondiale depuis plusieurs années. Il conviendrait de modifier rapidement nos habitudes alimentaires…
En outre, on sait que 40 % des céréales cultivées dans le monde sont destinées à alimenter le bétail. Or, la production industrielle de viande en masse nécessite beaucoup d’espace (déforestation), de nourriture (pesticides, engrais antibiotiques), d’eau (épuisement des ressources) et de transports (CO2).
Cela explique que l’élevage industriel fait partie des secteurs les plus destructeurs de la planète et donc que de nombreuses personnes souhaitent désormais devenir flexitariennes et diminuer leur consommation de viande.

Recette pour manger équilibré et 100% veggie

Une assiette bien équilibrée doit être composée à 50% de légumes, à 25% de féculents ou céréales et à 25% de légumineuses afin de vous apporter tous les apports journaliers nécessaires.

 

Pour résumer :

Alors qu’attendez-vous pour tester notre gamme veggie ?! 🙂