Bio fabricant, Bio exigeant depuis 1979

Intolérances & Allergies alimentaires : quelles sont les différences ?

Intolérance ou allergie ?

Intolérance aux lactoses ou au gluten, allergie aux arachides ou aux œufs… Il existe aujourd’hui de nombreuses intolérances ou allergies qu’on ne connaissait pas il y a encore quelques années de cela. Bien connues de certains consommateurs, les allergies touchent une majorité de la population alors que les intolérances, elles, restent encore aujourd’hui inconnues pour un grand nombre de personnes. Mais finalement, quelles différences y a-t-il entre une allergie et une intolérance alimentaire et qu’est-ce que cela implique pour votre régime alimentaire ?

Si dans les deux cas il s’agit d’une réaction du corps humain face à un corps étranger, il existe des différences non négligeables entre une allergie et une intolérance alimentaire que nous vous expliquons en détails dans cet article.

Les allergies

Une allergie correspond aux symptômes qui peuvent survenir après l’exposition à une substance allergène. C’est un dérèglement du système immunitaire qui réagit trop fortement suite à une exposition à une substance : en présence d’un certain type d’aliments contenant des particules, sucres, etc… tel que le lactose (contenu dans les produits laitiers) ou les arachides (fruits à coque), le corps va avoir des réactions indésirables. Cette substance particulière qui provoque la réaction allergique est appelée allergène et elle est à l’origine de tous les désagréments causés. Les symptômes peuvent être plus ou moins bénins mais la plupart du temps, il faut avoir recours à une prise de médicament pour faire passer la réaction allergique.

C’est quoi plus précisément une allergie ?

Une allergie c’est donc avant tout le fait de ne plus pouvoir consommer du tout un certain type d’aliment.
Parmi les allergies les plus courantes on retrouve les allergies :
– aux œufs
– au lactose
– aux fruits à coques (noix, noisettes…)
– aux poissons et aux crustacés.
Dans le cas d’une allergie, c’est l’aliment tout entier qui est à bannir et il devient parfois vital de vérifier toutes les étiquettes de composition des aliments. Notez que certains produits composants un aliment doivent obligatoirement être renseignés sur l’étiquette de composition. Retrouvez la liste complète de ces aliments à déclaration obligatoire sur le site de l’AFPRAL .

Noix de noix et noix entières sur une vieille table rustique en chêne.

Il ne faut pas non plus oublier qu’on peut aussi bien naître allergique à un aliment comme on peut développer une allergie en grandissant. Parmi les réactions allergiques que l’on peut développer, on trouve diverses réactions telles que des démangeaisons, des rougeurs, de l’eczéma, des problèmes respiratoires pouvant mener à la crise d’asthme, des troubles digestifs ou des symptômes plus graves comme le gonflement de la gorge.
Dans certains cas, l’allergie peut également entraîner un choc anaphylactique qui peut mettre en danger la vie de la personne ayant développé une allergie. Un choc anaphylactique c’est une réaction immédiate à un allergène entraînant l’apparition simultanée de plusieurs symptômes, ce qui nécessite une intervention médicale rapide.

Un doute sur une allergie ? Consultez !

Il est important de consulter un allergologue dès que l’on soupçonne une allergie. Il est aujourd’hui facile de diagnostiquer une allergie chez un professionnel suite à divers tests tels que les tests cutanés où l’on met la peau directement en contact avec l’allergène ou la prise de sang qui permet de repérer la présence de certaines immunoglobulines à l’origine de l’allergie.

La réaction du corps face à un allergène peut évoluer et, comme dit plus haut, peut aller, dans certains cas, jusqu’à entraîner un choc anaphylactique, ce qui est une réaction non-négligeable. Ainsi, l’allergie n’est pas à prendre à la légère et il est important d’avoir un suivi médical.

Les intolérances

Nous avons parlé des allergies, abordons maintenant la question des intolérances.
Si une allergie peut entraîner des complications grave, l’intolérance, elle, peut entraîner des désagréments, mais elle n’aura pas de conséquence nécessitant une intervention ou une prise de médicament immédiate. Encore une fois, ce n’est pas parce que deux personnes ont la même intolérance qu’elles vont réagir de la même manière : tout comme pour une allergie, il existe différents degrés d’intolérance.
Néanmoins, dans certains cas, la question reste assez complexe.

Contrairement à l’allergie, l’intolérance n’entraîne pas de réaction du système alimentaire. L’intolérance va plutôt toucher le système digestif face à un certain type d’aliment qui a été consommé. Plus précisément, cette réaction est provoquée par le fait que le corps ne produise pas assez (ou pas du tout) d’un enzyme qui est nécessaire à l’absorption de l’aliment en question. Face à une intolérance, une personne peut avoir des ballonnements, des crampes abdominales, des vomissements, de la diarrhée ou encore d’autres symptômes qui restent très caractéristiques du l’aliment provoquant l’intolérance.

Les plus courantes : l’intolérance au gluten…

Le gluten c’est une substance composée de protéines qu’on retrouve dans des céréales telles que le blé, l’orge et le seigle ou encore l’épeautre mais aussi (et en moins grande quantité) dans l’avoine.
Il existe également des farines ou des mueslis sans gluten.
Le gluten se forme pendant le pétrissage et permet de donner une texture élastique et un certain volume aux viennoiseries ou au pain. Le gluten occupe aujourd’hui une place très importante dans notre consommation quotidienne et il peut paraître difficile de s’en passer.

sélection d'aliments sans gluten

L’intolérance au gluten n’a généralement comme conséquence que des troubles mineurs. Néanmoins, cette intolérance n’est pas à prendre à la légère et, dans certains cas, elle peut se révéler particulièrement handicapante. Dans le cas d’une intolérance au gluten assez forte, les réactions peuvent avoir de sérieuses conséquences sur le long terme. Si les réactions provoquent de sérieux désagréments, il est recommandé de consulter un médecin puisque ces réactions peuvent s’apparenter à la maladie cœliaque.

Il existe également des personnes qui n’ont pas conscience d’être intolérantes au gluten, généralement ces personnes ne s’en rendent compte qu’avec les effets ressentis sur le long terme, comme mentionné plus haut.
Ces effets peuvent aller d’une fatigue prolongée ou de l’apparition d’aphtes, à des carences en fer ou vitamines B12 et B9, ou encore à un risque pour les os (notamment avec un risque de fracture osseuse par ostéoporose).

… Et l’intolérance au lactose

Le lactose est un type de sucre qui se trouve dans le lait et les produits laitiers. Lorsqu’on ingère du lactose, l’intestin grêle sécrète une enzyme digestive appelée lactase qui permet de diviser le lactose en galactose et en glucose.

Groupe de produits laitiers et éclaboussures de lait
C’est ce processus qui permet au corps d’absorber les lactoses que l’on consomme. Lorsqu’on est intolérant au lactose, cela signifie que le corps ne produit pas assez (voire pas du tout) de lactase, ce qui empêche leur absorption.

Lorsque le lactose arrive dans l’intestin sans avoir été digéré, on peut rapidement se retrouver avec des désagréments gastro-intestinaux. Tout comme pour l’intolérance au gluten, il existe différents stades d’intolérance au lactose. Cependant, contrairement à l’intolérance au gluten, celle-ci ne comporte pas de risque majeur pour la santé et peut se développer pour des raisons particulières. En effet, cette intolérance trouve sa source plus facilement : elle peut être issue d’un caractère héréditaire, d’une maladie (Crohn ou cœliaque) ou elle peut simplement venir d’un régime alimentaire sans lactose.

Évidemment, il existe d’autres intolérances, toutes aussi complexes les unes que les autres. Dans tous les cas, il est donc essentiel d’identifier son intolérance et d’éviter de consommer le produit qui ne peut être digéré.

Adapter son alimentation…

Bien souvent, on a tendance à penser qu’en étant intolérant ou allergique à un produit ce sont nos plaisirs gustatifs tout entiers qui se retrouvent perturbés et qu’adapter son régime alimentaire est quelque chose de compliqué. Laissez-nous vous expliquer pourquoi et comment adapter votre régime alimentaire à vos propres besoins !

… Pourquoi ?

Si dans certains cas extrêmes une allergie peut demander une prise immédiate d’épinéphrine (adrénaline), dans d’autres cas, tout comme pour les intolérances, changer son régime alimentaire pour un régime plus approprié à ses propres besoins peut être une bonne solution.

Belle jeune brune regardant une étiquette de produit tout en achetant des provisions au supermarché

Adapter son régime alimentaire à ses besoins c’est avant tout vérifier toutes les étiquettes collées sur les produits alimentaires permettant de connaître la composition des produits qu’on achète. Il devient alors impératif de faire attention, dans le cas d’une allergie aux arachides, aux termes reliés aux fruits à coque, mais également de vérifier qu’il n’y en ait pas de trace. Il est possible de vérifier ce point à la fin de l’étiquette de composition avec la présence d’une phrase comme « peut contenir des traces de fruits à coque ». Dans le cas d’une allergie ou d’une intolérance moins rependue, il demeure primordial de connaître tous les aliments auxquels on peut réagir.

… Comment ?

S’il peut paraître compliqué de bannir les œufs quand on n’est pas végétalien, les fruits à coque, ou encore le lactose ou le gluten, changer complètement de régime alimentaire n’est pas si compliqué ! Celnat vous accompagne dans votre démarche.

Il existe de nombreux substituts à certains aliments.
Par exemple, dans le cas d’une intolérance au gluten, il est possible de remplacer la farine de blé par de la farine d’amarante ou encore de châtaigne selon les préparations que vous voulez faire : comme de délicieuses crêpes ou cakes !
Celnat vous propose également toute une gamme de muesli pour le petit déjeuner sans gluten. Il est aussi possible de compléter certains apports qui peuvent manquer à cause d’une allergie par la consommation de graines, tels que les graines de lin, les graines de courge ou encore les graines de chia, chacune ayant ses propres propriétés.

Vous l’aurez compris, que vous soyez intolérant ou allergique à un aliment, la meilleure chose à faire est d’adapter son régime alimentaire.

 

A lire sur le même sujet :