Les différents types de régimes alimentaires

Ces dernières années ont vu naître et se développer des régimes alimentaires de tous types et suivant tous des règles bien distinctes, mais quels sont ces régimes et que veulent-ils dire exactement en terme de nutrition ? Celnat vous explique.

Faut-il abandonner le gluten

Qu’est-ce que le gluten ?

Commençons par un régime dont vous avez probablement déjà entendu parler, très en vogue et très médiatisé de nos jours : le régime sans gluten. Avant toute chose, définissons ce qu’est le gluten.

Malgré le sens un peu large qu’on a tendance à lui donner aujourd’hui, le gluten désigne simplement l’association de protéines de farines qui vont se « coller » (gluten vient du latin glue, signifiant colle), pour former un réseau visqueux et élastique permettant par exemple à faire lever le pain. Le régime sans gluten, dont la popularité ne fait qu’accroître ces quelques années, consiste donc à supprimer totalement le gluten de son alimentation, bien qu’il ne soit pas nocif en soit !

Les troubles liés au gluten

En effet, le gluten existe depuis des millénaires et n’est pas un aliment dangereux, il peut cependant provoquer des intolérances alimentaires chez certaines personnes prédisposées, dont la seule solution est donc un régime sans ou avec peu de gluten.

De plus, sans être prédisposé à une intolérance, les troubles digestifs liés au gluten apparaissent de plus en plus fréquemment au sein de la population et c’est pourquoi le régime sans gluten semble s’imposer, même si une simple baisse de la consommation de gluten suffit généralement à calmer ces troubles digestifs.

L’influence des pratiques modernes sur la tolérance du gluten

Il est possible que les pratiques modernes, entre autres celle de la filière blé-pain, aient fortement impacté notre tolérance au gluten. Par exemple, les farines de blés modernes utilisent des pâtes très résistances et élastiques, et le blé qui les composent est choisi en fonction de sa taille et de sa nature : on parle alors de gluten tenace, vu qu’il est présent en quantité dans les farines, tandis que les farines de blés anciens sont bien plus souples et utilisent beaucoup moins de gluten.

Celnat vous offre la possibilité de choisir des céréales avec ou sans gluten ! Les protéines de gluten se trouvant dans les céréales Celnat se retrouvent dans différentes espèces de blés telles que : le blé tendre, le blé dur, l’épeautre, le seigle et l’orge ; tandis que les céréales composées de maïs, d’amarante, de millet, de quinoa et de sarrasin sont sans gluten ! Vous pouvez les retrouver facilement dans les produits Celnat à travers la mention « sans gluten ».

 

Quelle est la différence entre le végétarisme, le véganisme et autres régimes alimentaires similaires ?

Le végétarisme, c’est quoi ?

Le végétarisme est un autre régime en vogue de nos jours, dont la popularité s’est accrue en même temps que le développement des réseaux sociaux et des nouvelles méthodes de communication.

Regroupant aujourd’hui 4% des français, le végétarisme provient de la considération de l’homme face à la souffrance animale. Cependant, devenir végétarien peut venir de différentes raisons, notamment de la prévention et la lutte contre certaines maladies, de l’envie de protéger l’environnement, de la volonté de défendre le bien-être animal ou encore de certaines confessions religieuses.

Quelles sont les différentes branches du végétarisme ?

L’idée du végétarisme reste la même peu importe le motif : bannir toutes chairs animales de son alimentation au profit de protéines végétales. Les personnes végétariennes ne mangent donc ni viandes ni poissons, mais peuvent tout de même consommer des œufs ou des produits laitiers.

 Les végétariens se distinguent sous plusieurs branches bien distinctes :

  • Les pesco-végétariens : qui suppriment complétement la viande de leur alimentation mais qui consomment toujours du poisson, des œufs et des produits laitiers.
  • Les ovo-lacto-végétariens : qui ne consomment plus de viandes ni de poissons mais qui continuent à consommer des œufs et des produits laitiers.
  • Les ovo-végétariens : qui suppriment les viandes, poissons et produits laitiers de leur alimentation mais qui consomment toujours des œufs.
  • Les lacto-végétariens : qui suppriment viandes, poissons et œufs de leur alimentation mais qui consomment encore des produits laitiers.

La différence entre le végétarisme, le végétalisme, le véganisme et le flexitarisme

Il existe également d’autres régimes alimentaires ressemblant au végétarisme mais présentant quelques différences, comme le végétalisme, le véganisme et le flexitarisme. Découvrez toutes les spécificités de ces régimes dans notre article correspondant.

Quel type de farine choisir ?

Les différentes farines possibles

Avant d’exploser les avantages et inconvénients des différents types de farines disponibles sur le marché, il convient d’exposer les caractéristiques de ces types de farines.

Tout d’abord, il y a la farine de blé, l’une des plus populaire, qui présente deux types distincts : le blé tendre, également appelé farine de froment, qui est la plus répandue des farines et qui est utilisée notamment pour la fabrication de pain, dont la maniabilité est assuré par ses 10% de gluten et que l’on peut principalement retrouver en Europe ; et le blé dur, plus difficile à être utilisé en tant que farine avec ses 14% de gluten mais qui convient parfaitement à la fabrication de pâtes, semoules et que l’on peut retrouver dans les régions chaudes et sèches.

Vous avez sans doute observé un « t » présent sur les différents paquets des farines que Celnat vous propose au quotidien. Ce « t » est surtout présent en France sur les paquets de farine et très peu à l’étranger. Il permet de différencier certaines familles de farines : en effet les farines blanches sont comprises entre T45 et T65, les farines bises ou semi-complètes sont comprises entre T80 et T110 et les farines complètes ou intégrales sont comprises entre T150 et plus.

Même si la farine de blé est la plus importante, il existe d’autres familles de farines :

Des farines avec gluten telles que la farine de seigle, la farine d’épeautre, celle d’orge ou encore d’avoine ; et des farines semi complètes telles que la farine de sarrasin, de maïs, de millet, de riz, d’amarante, de quinoa, de châtaignes et de légumineuses.

 

Comment choisir sa farine ?

A présent se pose la question de comment bien choisir sa farine. La première solution est de choisir sa farine en fonction des régimes alimentaires particuliers que chacun peut suivre.

En effet, si vous suivez un régime sans gluten ou avec peu de gluten (dont vous savez à présent tout), il est préférable de choisir des farines telles que la farine de riz, de maïs ou n’importe quelle farine sans gluten, facilement identifiable à travers le label « sans gluten » présent sur les sachets de farine.

La seconde solution serait de choisir sa farine selon son indice glycémique. L’index glycémique contribue à mesurer la capacité des glucides que l’on ingère tous les jours à se transformer en glucose qui, une fois dans le sang, augmente le niveau de glycémie.

L’ultime choix qui s’offre à vous est de choisir votre farine en fonction des recettes que vous souhaitez appliquer avec. Par exemple, une farine d’épeautre ou de blé vous sera conseillé pour la fabrication de pain, tandis qu’une farine de riz serait plus propice à la réalisation de cookies ou de crumble. A chaque recette sa farine !

 

La cuisine macrobiotique : le secret de la longévité ?

Qu’est-ce que la cuisine macrobiotique ?

Avant toute chose, il convient de définir avec précision la cuisine macrobiotique. La macrobiotique est une pensée philosophique ayant pour but d’atteindre l’harmonie entre l’homme, l’environnement et l’Univers.

Concrètement, elle permettrait de résoudre les problèmes majeurs de notre existence à travers la libération de notre force vitale. Chaque aliment peut être placé dans le Yin ou le Yang selon ses caractéristiques. Les aliments dit « Yang » sont les aliments puissants de notre alimentation, en majeure partie salée et amère, comme la viande, les algues, les céréales ou le café. Les aliments dit « Yin » sont les plus doux, on y retrouve le miel, les légumes et les fruits entres autres.

Ce régime a pour but de réduire la consommation de protéine animale au profit de protéine végétale, plus riche en vitamines et minéraux.

 

Les bienfaits de la cuisine macrobiotique

Cette cuisine a de nombreux bienfaits. Elle permet déjà d’assainir et de maintenir l’équilibre acido-basique de l’intestin et d’apaiser le foie et la flore intestinale, en plus de favoriser l’apport de calcium et de potassium dans l’organisme : parfait pour les lendemains de fête difficiles et après les grands repas !

Le régime permet également d’avoir un meilleur contrôle de sa glycémie et donc de son poids, par le contrôle de la consommation de calories à travers la baisse de graisses et de sucres transformés.

Enfin, la cuisine macrobiotique nous permet de trouver une harmonie intérieure grâce à une remise en question de soi et de nos habitudes alimentaires, ce qui contribue à diminuer le stress quotidien. Les aliments clés de la cuisine macrobiotique dont le soja, le tofu, le riz, le miso, le gingembre, les alguesles nouilles et le thé vert. 

On remarque que ces aliments sont la base des cuisines asiatiques, dont la longévité des habitants est une des plus grandes au monde !

Quels sont les bénéfices du régime méditerranéen ?

Bien que très populaire dans le sud dans l’Europe, le régime méditerranéen peine à s’imposer à l’international, malgré les nombreuses vertus qui lui sont conférées, avec notamment une longévité supérieure à la moyenne.

En quoi consiste-t-il ?

Également connu sous le nom de régime « crétois », ce régime est principalement réputé pour offrir un excellent équilibre entre les aliments et s’apparente à un mode de vie dont le régime alimentaire fait partit. Ses bénéfices sont nombreux : préservation du système cardio-vasculaire, prévention de cancers ou de diabètes, on lui attribue même de lutter contre les troubles de l’humeur ! 

Il s’inspire d’une consommation accrue des végétaux de saison, de céréales complètes et de « bonnes » graisses, telle que l’huile d’olive extra vierge, connue dans le monde entier et majoritairement produite dans le bassin méditerranéen (France, Espagne, Grèce).

Son objectif

C’est donc une routine alimentaire qui se compose essentiellement d’une importante consommation d’huile d’olive (pour remplacer le beurre) et de poisson, d’une forte consommation de fruits, légumes, oignons, ails et aromates en tout genre, d’une consommation régulière de produits issus de céréales complètes, légumineusesgraines et yaourt, et d’une très faible consommation de viande rouge (pas plus d’une fois par semaine).

Le régime méditerranéen c’est aussi un régime qui ne met pas votre plaisir de côté !

En effet, le vin rouge est une boisson qui se marie parfaitement avec la plupart des aliments consommés, tel que le poisson gras, et à petite dose, ses vertus vasodilatateurs, antiagrégants et antioxydants sont bénéfiques pour la santé. De plus, l’huile d’olive est un produit riche en oméga9 et en antioxydants, favorisant le plaisir gustatif. C’est une cuisine très variée qui permet de diversifier son assiette et de se faire plaisir !

 

Comment l’adopter ?

Pour mettre en place ce régime, il est coutume d’avoir une grande consommation de fruits et notamment de fruits à coque. La consommation de céréales complètes devient quotidienne, ce qui permets d’avoir un bon apport de fer, fibres et magnésium. Les légumineuses deviennent ensuite une partie importante de l’alimentation, avec par exemple la consommation de lentilles vertes, riches en protéines ou les pois chiches, pour leur apport en fibres. Le régime c’est avant tout une certaine façon de cuisiner et un mode de vie à mettre en avant !

 

Quels sont les avantages de ce régime ?

Ce régime présente de nombreux avantages. Comme vous l’avez peut-être déjà remarqué, les méditerranéens sont souvent considérés comme des bons vivants, et ce en partie grâce à leur régime alimentaire.

 

En effet, ce système d’alimentation a pour bénéfice d’améliorer la sensation de satiété tout au long de la journée, notamment du fait de l’implication de nombreuses graisses insaturées, excellente source d’énergie.

Même si ce régime n’est pas un régime forcement amaigrissant, il est basé sur le maintien de l’équilibre alimentaire et une bonne répartition des repas, ce qui contribue à rééquilibrer l’organisme. Pour conclure, ce régime n’est pas considéré comme un régime contraignant, il est constitué de « petites étapes » alimentaires vers un mode de vie plus sain, en limitant les produits nocifs pour la santé. 

Il peut aussi se relier au régime macrobiotique, dont nous venons de discuter, pour pouvoir créer une réelle alimentation sur mesure.

Quel est l’intérêt du jeûne intermittent ?

Autrefois perçu comme une punition, le jeûne s’impose aujourd’hui comme un régime présentation de nombreuses vertus à la fois purificatrices et thérapeutiques. Celnat vous dévoile à présent tous les secrets du jeûne intermittent, dérivé du jeûne pur et dur.

Qu’est-ce que le jeûne ?

Le jeûne, c’est avant tout une pratique visant à supprimer totalement son alimentation sur une période pouvant aller de 12 à 16 heures. Le corps se met alors en pause mais le glucose peut toujours circuler dans le sang et le foie, nous permettant de fonctionner normalement.

La différence du jeûne intermittent est qu’il est également basé sur une restriction calorique mais qu’il alterne entre périodes de jeûne et alimentation selon des horaires fixes, ce qui contribue à l’accélération de la purification du corps.

A qui s’adresse le jeûne intermittent ?

Attention cependant, ce régime n’est pas pour tous, il est limité aux adultes en bonne santé et surtout prohibé à des nombreuses personnes : femmes enceintes, personnes souffrant d’insuffisance rénale, maladies cardiaques, diabètes ou avec un IMC inférieur à 18, enfants, adolescents et personnes âgées.

 Il vous est conseillé de consulter votre médecin concernant la pratique du jeûne intermittent afin de s’assurer qu’il ne porte pas de risques sur votre santé.

Il existe différents types de programmes pour mettre en place un jeûne intermittent :

  • La méthode 16/8.
  • Le jeûne de 24 heures.
  • Le régime 5 : 2.

`

Quels sont les bienfaits du jeûne intermittent ?

En vérité, il n’y a pas réellement de règles préétablies pour un jeûne intermittent, il dépend de vos motivations, de votre tolérance, de vos contraintes, de vos objectifs et de tout un tas d’autres facteurs qui vont que vous êtes le seul maître de votre jeûne. C’est un régime qui s’adapte selon les profils et les besoins de chacun.

Là encore, c’est un système qui présente beaucoup d’intérêts, notamment la détoxification du corps, l’accélération du métabolisme et le ralentissement du vieillissement du cerveau.

Vu que notre corps n’a plus besoin de digérer ou nettoyer les excès alimentaires hors régime, il peut mieux mobiliser son énergie et activer un système d’auto-guérison, qui réduira les douleurs physiques et psychologiques !

Sport et jeûne

Même s’il est très commun de pratiquer un sport lors d’un jeûne intermittent, il vous est conseillé de prendre des précautions au préalable, pour éviter de se sentir trop faible à certains moments. Vous devrez également faire des repas plus complets afin de palier à tout manque, notamment de protéines.

Il est également conseillé de beaucoup s’hydrater et privilégier certains aliments dans un jeûn, tels que les céréales et légumineuses  ou encore la viande et les œufs.

Intolérances et allergies alimentaires : quelles sont les différences ?

-> https://docs.google.com/document/d/18N7ihMHiZssiWxGJ8XVH4sBDVDPuLMYv/edit 

Les allergies alimentaires, majoritairement très connues de tous, touchent aujourd’hui la plupart de la population tandis que les intolérances, elles, restent très peu connues du grand public. Bien que dans les deux cas elles provoquent une réaction inattendue du corps face à un système étranger, il existe de grandes différences entre une allergie et une intolérance alimentaire, que Celnat va vous expliquer en détails.

Intolérance ou allergie ?

Une allergie, c’est un dérèglement du système immunitaire pouvant intervenir notamment après que ce dernier eut été exposé à une substance, par exemple en présence de certains types d’aliments contenant des particules auxquelles la personne est allergique. Même si les symptômes peuvent être bénins, il est souvent nécessaire d’avoir recours à une prise de médicament pour faire passer la réaction.

Globalement, cela signifie ne plus pouvoir consommer du tout un certain type de produit. Les allergies les plus courantes sont celles aux œufs, au lactose ou aux poissons. L’aliment doit être banni de la consommation personnelle et il faut vérifier sa possible présence dans les étiquettes de composition des aliments afin de prévenir d’une réaction allergique.

Les intolérances, quant à elle, peuvent entraîner des désagréments mais n’ont pas de conséquences graves, même s’il existe différents degrés d’intolérance. Elles vont toucher le système digestif, et non pas le système immunitaire, face à un certain type d’aliment consommé.

Les symptômes restent très dépendants de l’aliment qui a été consommé, ils peuvent aller de ballonnements aux crampes abdominales par exemple. Les intolérances les plus connues sont celles au gluten, protéine que l’on trouve principalement dans les céréales et ne provoquant en majorité que des troubles mineurs, et au lactose, qui est un type de sucre que l’on retrouve dans le lait et les produits laitiers qui provoque des désagréments gastro-intestinaux et qu’il faut donc cesser de consommer.


La solution : adapter son alimentation !

Pour contrer ces allergies et intolérances, il faut adapter son régime alimentaire à ces propres besoins. Il faut avant tout vérifier les étiquettes des produits que l’on achète en magasin, pour connaître sa composition et s’assurer qu’il n’y ait pas de traces du produit allergène ou provoquant une intolérance dedans.

Celnat vous accompagne dans votre démarche de changement de régime ! Il existe de nombreux substituts aux aliments :

Pour palier à votre intolérance au gluten par exemple, Celnat vous propose une gamme de muesli sans gluten pour votre petit déjeuner, ainsi que de la farine d’amarante ou de châtaigne pour remplacer la farine de blé et ainsi faire de délicieuses crêpes et cakes.

 

 

A lire sur le même sujet :